On dit souvent que le rôle d’une chorale est d’« animer » la messe ou l’office religieux.

Animer...

au sens premier du terme, signifie donner une âme, insuffler un souffle de vie ; quelle noble tâche pour la chorale…

Comment tenir cet engagement et savoir se montrer digne de cette responsabilité ?

Quel apport les chants peuvent-ils amener pour rendre la célébration plus vivante ?

La mise en oeuvre d’une réelle animation réside d’abord dans l’adéquation du répertoire chanté et de la liturgie.

 

Chant d’entrée

Il contribue à illustrer les lectures du jour, soit par des références textuelles directes soit par un caractère général adéquat.

 

Psaume

Il devrait s’inscrire dans la ligne générale de la liturgie de la Parole.

 

Chants d’offertoire et de communion

Ils doivent faire sentir ce que représente la liturgie de l’eucharistie, un temps fort de méditation et d’adoration, ainsi qu’une réflexion sur le partage.

 

Chant d'envoi

Il exhorte le chrétien à vivre sa foi.

 

Même en présence de la chorale, la participation de l’assemblée est importante :
« Viens mélanger tes couleurs avec moi… », dit la chanson !

Afin d’encourager la foule à reprendre les différents refrains, le chef de chœur doit se positionner de façon visible ; la chorale est appelée en conséquence à quitter la tribune pour se placer dans le chœur de l’église ou sur un bas-côté. Il faut reconnaître qu’un peu de temps est nécessaire à s’accoutumer à un tel changement, mais songeons que le but d’une telle démarche est de joindre les voix de l’assemblée à celles de la chorale polyphonique afin de renforcer l’unité des fidèles dans la prière.

Annoncer la couleur, illustrer les textes, mettre en lumière le sens sacré de la célébration :
une palette de coloris que la chorale propose, tel un vitrail au chœur de l’église !